Préface et résumé Tome 0

Ceci est le résumé vécu par Mél du tome 0 nommé : Istrul World ; Le monde des condamnés.

Seule dans sa chambre, Merodï Sato (?????) était une fillette de 7 ans. Depuis toujours elle avait la capacité de voir les esprits, elle ne savait comment l’expliquer à son père ou son frère, encore moins à sa méchante belle-mère. Elle soupira en regardant l’ectoplasme voletant devant elle.


 

« Il m’a regardé crevé, ton père est un chien ! » répétait en boucle l’esprit de sa grand-mère. Merodï n’en pouvait plus de cet esprit cela faisait maintenant plus de 2 mois que toutes les nuits elle venait la harcelée. D’habitude, elle ignorait les esprits, mais c’était sa grand-mère et n’avait pas su l’ignorer.

Le lendemain elle descendit pour son petit déjeuner, dans la maison son père faisait lois, c’était coutume au japon, la femme n’était généralement considérée que très peu, c’était la tradition.


 

« Merodï, tu as l’air fatigué qu’as tu fais hier soir ? Demanda son père d’un ton autoritaire

— Rien père… dit la jeune fille en baissant la tête

— Si tu n’avais rien fait tu ne serais pas fatigué, alors répond moi ! Exigea celui-ci la fixant derrière ces lunettes.

— Je… c’est grand-mère qui m’a embêté… fini par dire la jeune fille.

— Que raconte tu encore ? Cesse de mentir ! s’énerva son père

— Je ne mens pas, elle m’a dit toute la nuit que tu l’avais regardé mourir et te traite de sale chien ! Cria la jeune fille toujours tête baisser.

— Comment oses-tu ? Lui dit sa belle-mère posant les assiettes qu’elle était en train de débarrasser pour la prendre par le col prête a la giflée.

— Laisse la Satomi ! Dit le père d’une voix encore plus froide.

— Puisque c’est ainsi, dorénavant tu ne fais plus partie de ma famille, je t’envoie résidé chez ta mère biologique ! » Dit-il en se levant de table.


 

C’est ainsi que Merodï Sato pris l’avion pour un long trajet de plus de 15 heures.

Elle arriva seule dans l’aéroport, elle récupéra son bagage et se dirigea vers la sortie, cela faisait tellement longtemps, elle ne se souvenait même plus du visage de sa mère biologique, une Française.

Une grande femme habillé d’un tailleur et d’un blouson finement ouvragé portait un carton avec son nom dessus.

Elle s’approcha et s’inclina.

« Bonjour ! Dit-elle dans un français maladroit ayant un grand accent japonais

— Ma petite Mélodie, tu as tellement grandi. » Répondus la grande dame aux cheveux châtains et aux yeux aussi vert que des émeraudes sous le soleil, Merodï avait érrité des yeux de celle-ci, même si on les voyait moins bien du fait des traits atypique irrité de son père.

La dame l’a prise dans ces bras et l’enlaça pendant un long moment qui parus être une éternité pour la jeune fille qui n’avait jamais eu de câlin durant sa courte vie, elle ne put réprimer ces sentiments et se laissa allez à des sanglots sortant du plus profond de son être.


 

C’est ainsi que Merodi Sato devînt Mélodie Fruss, elle changea de nom de famille pour celui de sa mère originaire d’Alsace. Sa nouvelle vie commença, elle apprit à parler et écrire français, elle grandit sans jamais parler des fantômes qu’elle voyait, les ignorant ne voulant qu’une chose, continuer à vivre une vie normale. Son éducation fut fondamentalement bouleversée, sa mère était une femme libre, se revendiquant féministe, elle disait sans cesse que les hommes ne seraient rien sans les femmes, car s’il n’y a pas de femme, il n’y a pas de vie humaine simplement.

À l’age de 10 ans son père mourut d’un arrêt cardiaque. Bien entendu, elle ne fut pas conviée au funéraille et ne reçut qu’une lettre contenant 3 graines de cerisier, ce fut son seul et unique héritage.

À l’age de 12 ans au collège elle rencontra un garçon, un magnifique et grand garçon il se nommait Louis, de 2 ans son aîné, ce fut son premier amour non avoué, elle réussit à se faire inviter dans sa « bande » et son cœur était de joie de pouvoir le voir si souvent même s’ils ne s’échangeaient pas souvent la parole.

Puis un jour, quelques années plus tard, elle avait alors 15 ans, Louis fit part à sa bande de son projet, de franchir le portail dimensionnel. Mélodie en avait à peine entendu parler, mais… elle dit oui tout de suite, suivre celui qu’elle aime c’est cela qui la faisait vibrer à ce moment-là.

Dans la sombre cale, ils devaient faire silence pour pouvoir parvenir à bon port, ce fut un long trajet angoissant pour Mélodie, elle se posait toute sorte de question, avait-elle bien fait d’aller avec eux ? Maman n’allait pas être trop en colère ? Pourront-ils revenir ? Louis avait dit que s’il y a moyen d’y aller, il y avait forcément celui de revenir, et elle croyait en Louis le beau, le charmant, le magnifique jeune homme.

Quand ils débarquèrent, tout se passa comme Louis l’avait prévu, grâce aux caméras retransmettant en direct, ils purent passer, elle ne pensait pas arrivé jusqu’au portail.

Elle regarda ce mur lumineux, aspirant même les esprits qu’elle apercevait, elle douta une seconde… Elle voulut prévenir Louis, que finalement ce n’était peut-être pas une bonne idée si toutes les âmes mortes se font aspirer, serait-ce l’enfer où le paradis qu’ils découvriront ? Mais on la pressa et elle fut poussé dans le portail.


 

Il n’y avait rien autour d’elle en dehors du noir, sombre et intimidant, elle avait l’impression de flotter hors de toutes gravités.

Un message apparus devant ces yeux.


 


 

 

Bienvenus à l’étranger n°9862

Veuillez sélectionner votre pseudonyme :

                          …                           

                     OK

                     ANNULE


 


 

— Heu… mél tout simplement… dit la jeune fille ne comprenant pas ce qui se passait.

 


 

Bienvenus Mél !

 


 

Puis la lumière… elle ouvrit les yeux, un rêve ? Elle regarda autour d’elle, elle était allongée dans une herbe épaisse et grasse, des arbres au-dessus, il faisait pas trop chaud sous le feuillage qu’elle apercevait.

Elle chercha du regard en s’asseyant, et vu Rol, puis Carrie, et elle fut rassuré en voyant le beau Louis qui immergeait aussi.


 

Les autres se réveillèrent au même moment.

« On… on a réussi ! Dit Carrie une fille de type caucasien brune aux cheveux court, assez mignonne.

— On l’a fait ! Dit Louis du haut de ces 1 m 95 qui venait de se lever »

Une onde d’excitation les traversa.

Ce sentiment était si plaisant, le soulagement d’avoir passé une épreuve dangereuse, la curiosité de l’inconnu face à eux, mais aussi l’appréhension de ce qui les attendait dans l’avenir, il n’y avait plus rien de sur.

« On va faire un selfie pour quand on rentrera ! » Dit Rol le plus costaud du groupe


 

Ils se mirent en position, il y avait donc Louis, le grand au cheveu noir, Rol un peu plus petit mais taillé comme une armoire à glace, Chris un de la même taille que Rol mais ayant la peau noire et de fine lunette planté sur son nez accompagné de rasta épais, et Nico, le plus petit des hommes du groupe, mais ayant un excédant d’énergie. En fille il y a Carrie, une jolie brune aux cheveux court et Mél, une fille aux cheveux long, châtain foncé de type métisse-asiatique.

Après un moment à se remémorer le feu de l’action sur la base, l’excitation commença à retomber.

« On fait quoi maintenant ? Demanda Carrie regardant autour d’elle ce bois touffu éclairé par quelques trous dans l’épais manteau de verdure au-dessus d’eux.

— On part en l’exploration ! » Dit Louis.

Mél sourit en regardant son magnifique prince, il se retourna vers elle, elle détourna les yeux, elle ne voulait pas qu’il s’aperçoive qu’elle le regardait discrètement.


 

Le groupe parti détendus en exploration dans ce bois.

« En tout cas l’air est pur ici. Fit remarquer Rol

— Oui et… Ho regardez, un lapin. Dit Carrie en montrant la boule de poil beige qui les observait

— C’est étrange, il ne fuit pas, peut-être ne sont-ils pas chassés ici, que les gens ont pris conscience que manger de la viande c’est le Mal ! Dit Carrie

— Recommence pas avec tes délires de Végan, mais c’est vrai que c’est étrange qu’il ne fuit pas. Répondu Chris de sa voix grave.

— Je vais aller le chercher, si il ne s’enfuit pas on peut peut-être le caressé. Dit Nico en regardant Mél, il en pinçait pour elle, et ça se voyait.

Mél était concentré sur le lapin il y avait quelque chose d’étrange qui sortait de lui, comme une vapeur bleutée, un peu comme le halo entourant les esprits qu’elle voyait, mais ce lapin était bien vivant ? Que devait-elle faire ? En parler au groupe alors que personne ne savait pour son don ? Elle préféra passer ça sous silence.


 

Nico s’avança d’un pas prudent sous le regard de ces compères, il s’approcha de la bête qui ne bougeait pas, le regardant.

« Encore quelques centimètres et je t’attrape. Murmura Nico baissé avançant à pas prudent.

— Attention ! »Cria Rol

Nico se redressa, quelques choses sauta lui mordre le coup, autre chose lui mordit le mollet

 

« Qu’est-ce que… Enlevez-moi ça ! » Cria-t-il, mais il fut submergé par des boules de poils, la carotide fut sectionnée, il s’écroula au sol, une mare de sang se répandit tandis que 6 lapins commençaient leur festin sanglant, un des lapins se tourna vers le reste du groupe et commença à avancer agressivement, ces crocs encore recouverts de sang en avant, prêts à mordre.


 

Mél resta figé face à ce spectacle sanglant, était-ce de sa faute ?


 

« Merde ! On se casse ! Cria Louis en tirant mél par la manche suivie par les 3 autres encore sous le choc de ce spectacle.

Ils coururent un moment afin de semer les lapins qui auraient pu les poursuivre, ils ne faisaient que s’éloigner de la route du village.

« Putain c’est quoi ce bordel ? Cria Rol à Louis

— Qu’est-ce que j’en sais ! Dit Louis sur la défensive.

— Nico… Nico ils… Carrie se mit à pleurer, le stresse de la situation suivant une excitation extrême de l’arrivée, la faisait craquer.

— Ho putain… ho putain… je veux rentrer chez moi ! Dit Mél s’écroulant assise au sol en pensant à sa mère et au doux foyer qu’elle avait quitté.

— On va trouver… On va trouver une solution ! dit Louis essayant de se rassurer lui-même.

— Calmez-vous tous ! » Cria Chris


 

Le calme revînt dans la forêt, les pleurs et les crie cessèrent.

« Le plus important est de survivre ! Je ne crois pas qu’en beuglant comme vous le faites ça nous aidera, si les lapins sont si dangereux, je n’imagine pas son prédateur…

— Mais Nico il…

— Nico est mort ! Coupa sèchement Chris

— Trouvons un abri pour nous mettre en sécurité avant que la nuit ne tombe. »


 

Les esprits avaient repris leur calme, ils se remirent en route dans la direction opposée au lapin, cherchant un endroit ou se mettre à l’abri. Mél se sentait responsable, si elle avait parlé de ces vapeurs bleues peut-être n’y aurait-il pas été, peut être serait-il encore vivant avec eux…


 

Au bout d’un jour et demi de marche dont une nuit sans sommeille la fin et la soif se faisait sentir, pourtant ils continuaient à avancer et se retrouvèrent à la sortie de la forêt donnant directement face à une falaise au-dessus d’un océan.

Ils réussirent à trouver un chemin escarpé et descendirent sur la plage de galet.

Ils découvrirent une grotte et décidèrent de s’y installer le temps de se reposer un peu.
 

« Tu avais promis qu’on verrait un monde meilleur ! Dit Carrie à Louis, de la colère dans le regard.

— Personne pouvait savoir…

— Où sont tous tes beaux discourt et ton air suffisant de je sais tout ? » Demanda Rol se joignant à Carrie.

Une dispute éclata, l’être humain à besoin d’un responsable à son malheur, ici le responsable était tout désigné.

« Arrêtez de vous disputer ! Cria Mél

— Vous croyez que ça va ramener Nico ou que ça nous aidera à survivre ? Demanda-t-elle

— Ouais c’est bon je me casse ! Dit Rol en sortant de la grotte

— Attends je viens avec toi ! » dit Carrie suivit de Chris.

Dans la grotte il ne resta que mél et Louis
 

« Tu as le droit de m’en vouloir aussi. Dit Louis

— Jamais de la vie, ce n’est pas de ta faute. Lui dit mél en essayant de le réconforter, cela faisait tellement de temps qu’elle l’aimait, comment pourrait-elle lui en vouloir ?

Elle avait été secrètement amoureuse de lui durant plusieurs années, et aujourd’hui ils se retrouvaient seuls. Elle ne savait pas quoi dire et n’osait pas entreprendre une conversation dans la situation actuelle, elle espérait qu’il entame cette conversation, qu’ils se rapprochent, qu’ils s’enlacent pour se rassurer mutuellement.
 

« Je vais aller chercher les autres. » Louis venait d’interrompre le silence.

Il se leva et sortie de la grotte laissant Mél toute seule, elle se sentait idiote, il n’y avait pourtant pas de raison peut être à cause de tous ces rêves qu’elle s’était fait durant quelques secondes…

 

« Lâchez-moi ! »
 

C’était la voix ce Carrie ? Mél sortit prudemment de la grotte Elle découvrit un peu plus loin 3 hommes en train de s’en prendre à son amie, allongé dans les galets Chris semblait avoir été battu à mort tandis que Rol était maintenus au sol une arme braquée sur sa tempe et que Louis les bras en l’air n’osait pas bouger.
 

Que devait-elle faire ? Elle ne pouvait pas rester là à ne rien faire tandis que ces amis étaient en danger, mais que pouvait-elle faire face à ces hommes armés ? Et que voulait-il ? Elle rejeta un coup d’œil, ils venaient d’arracher les vêtements de Carrie, ils vont la violée ?


 

Si elle y va, elle sera sans doute battue et violée aussi, elle ne voulait pas. Mél fut pris d’une peur panique et d’instinct décida de s’enfoncer dans la grotte pour se protéger.

Mél se retrouva seule dans une grotte humide, la faim au ventre, il faisait noir et c’était si silencieux. Elle se recroquevilla contre un mur et sanglota imaginant ce qui se passait dehors.

 
 



Créer un site
Créer un site